Compte-rendu du Conseil National du 1er février 2020

C’est sous une pluie battante que nous sommes arrivés au NEWCAP Event Center où se tenait un Conseil National du Parti Socialiste ouvert aux candidats aux municipales, aux secrétaires fédéraux et aux secrétaires de section.

À l’ordre du jour :

  • Situation européenne
  • Actualité sociale et politique
  • Intervention du premier secrétaire
  • Enjeux des élections municipales
  • Ateliers pratiques élections municipales

Corinne Narassiguin, secrétaire nationale à la coordination et moyens du parti : elle ouvre la réunion par un discourt sur l’urgence climatique. Elle dresse un bilan rapide des actions menées par le PS pour lutter contre la politique d’Emmanuel Macron et de son gouvernement. Elle rappelle que notre parti est aussi une référence reconnue en matière de propositions pour une nouvelle gouvernance et que les municipales qui arrivent montreront notre renouveau.

SITUATION EUROPÉENNE

Christophe Clergeau, secrétaire national à l’Europe : il faut tirer les enseignements du passé pour renouveler le projet européen et mieux articuler justice sociale, écologie et participation citoyenne.

Sylvie Guillaume, députée européenne : le BREXIT est un événement historique, c’est la première fois qu’un pays membre quitte l’UE. Il ne faut toutefois pas y voir que du négatif puisque cela permet à une 6ème élue de rejoindre le groupe socialiste. Le LABOUR porte une responsabilité dans le BREXIT, c’est aussi le résultat de faille dans le fonctionnement de l’UE.

La période est à hauts risques, il va falloir trouver des accords économiques tout en étant attentifs aux question sociales et environnementales qui sont pour nous, socialistes, incontournables.

Il ne faudra pas oublier l’enjeu sur la migration qui risque d’entraîner un profond déséquilibre.

Eric Andrieu, député européen : il se réjouit d’abord que le conseil constitutionnel ait validé vendredi l’interdiction d’exporter des pesticides prohibés dans l’Union européenne.

Orban a gagné au sein de la commission qui est fragilisée.

Les groupes politiques, y compris ceux de gauche, ne sont pas homogènes.

Le changement climatique s’impose dans toutes nos politiques publiques, il nous oblige de traiter en priorité la question sociale. Nous sommes en capacité de porter de nouvelles valeurs.

ACTUALITÉ SOCIALE ET POLITIQUE

Vincent Duchaussoy, secrétaire national en charge du Travail et du Dialogue social : le projet de réforme des retraites pose 3 problèmes, l’âge pivot, la pénibilité et le niveau des pensions. Il rappelle que dès le 5 décembre le parti socialiste a appelé à manifester contre le projet de réforme des retraites et qu’il a également participé à un groupe de travail réunissant EELV, Place publique, le PC, Nouvelle donne et d’autres partis de gauche pour proposer un contre-projet dont on peut retrouver les 6 piliers et les 6 pistes de financement sur le site « nos retraites.org ».

Mickaël Zemmour, enseignant chercheur à l’Université Paris 1 et chercheur associé à Sciences Po : il précise les 2 enjeux de la réforme, faire des économies et faire baisser le taux de remplacement (rapport entre le montant de la pension et le dernier salaire).

Le débat public se concentre beaucoup sur les modalités techniques de la réforme, mais le cœur des deux projets de loi, l’un ordinaire, instituant un système universel de retraite, et l’autre, organique portant sur son financement est passé inaperçu. L’instauration dans le second d’une règle d’or qui ferait basculer dès 2022 la France dans un système où le niveau des pensions n’est plus garanti mais devient une variable d’ajustement des finances publiques. Avec cette règle d’or le système change de logique, c’est très dangereux.

Le système à points proposé conduit à la baisse des pensions puisqu’il doit se faire en maintenant la part des retraites dans le PIB au maximum à 14 points de PIB.

Aussi figer la part des pensions dans le PIB constitue à un choix très radical : il revient à faire supporter aux seuls retraités de demain les conséquences du vieillissement de la population.

Isabelle This Saint-Jean, secrétaire nationale aux Etudes et à la prospective : il faut se battre contre les injustices et les inégalités. En particulier, elle souligne les conséquences de cette réforme pour les enseignants et les chercheurs. Il y a peu de prime pour les enseignants et il ne faut pas oublier que certains secteurs sont sous rémunérés, que le point d’indice est gelé jusqu’en 2022.

Il faut oser dire que 14% du PIB consacré aux retraites c’est insuffisant. Il faut arrêter de considérer les retraités comme une charge. Le problème n’est pas la retraite mais le travail.

Patrick Kanner, président du groupe socialiste au Sénat, Boris Vallaud, secrétaire national au Projet et député, commente les différentes actions menées avec leur groupe au sein des deux assemblées. Ils se réjouissent en particulier d’avoir produit un contre-projet à la réforme des retraites. Un tract vient d’être imprimé, il sera bientôt disponible dans les fédérations.

Oriane Plumet et Hugo Huon, vice-présidente et président du collectif « Inter-Urgences », témoignent de façon très poignante de leur détresse face à la dégradation de l’Hôpital public, fierté pour le pays, référence pour l’étranger. Ils souffrent du mépris de la ministre de tutelle, du manque d’écho dans le public de leurs justes revendications, de la profonde dégradation de leurs conditions de travail, des insultes et des violences physiques qu’ils subissent. Ils nous reprochent quand nous étions au pouvoir de ne pas avoir engager les réformes nécessaires pour maintenir la qualité de l’Hôpital public. Ils nous appellent dans un dernier sursaut à manifester à leur côté le 14 février prochain.

INTERVENTION DU PREMIER SECRÉTAIRE

(voir site du PS)

ENJEUX DES ÉLECTIONS MUNICIPALES

Pierre Jouvet, secrétaire national aux relations extérieures et aux relations aux élus : la politique gouvernementale par rapport aux territoires conduit à leur dévitalisation et leur infantilisation.

La suppression des emplois aidés a créé de vrais chômeurs.

On compte 4 milliards d’euros de coupe sur le logement social.

La réforme des trésoreries dégrade la relation avec les contribuables.

La suppression de la taxe d’habitation n’est pas compensée à l’euro près.

Il se réjouit que le recours contre la circulaire Castaner ait abouti. Il faut rappeler qu’elle visait à sortir des statistiques électorales 96% des communes dans lesquelles vivent 54% des français !!

La stratégie communale : 2 chantiers, 2 enjeux

1er chantier : clarification sur les alliances et le projet politique. Une collectivité s’administre d’abord sur des orientations politiques.

2ème chantier : rassemblement des forces de gauche.

1er enjeu : répondre à la question quel maire voulez-vous ? Il faut le faire dès le 1er tour.

2ème enjeu : qu’est-ce que ça change d’avoir des socialistes à la mairie ? L’assurance de la prise en compte des questions sociales, environnementales et démocratiques.

La réunion se termine par des ateliers qui ont tous pour thème les élections municipales des 15 et 22 mars prochains.

Nous quittons Paris sous le soleil avec la satisfaction d’une journée utile et bien remplie.

Alain HERBETTE


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s