Grève du bac

Une fois n’est pas coutume je vais parler de mon travail. Désolé par avance mais je vais sans doute être trop long.

Pourquoi vous en parler ? Parce que lundi un préavis de grève a été lancé par la plupart des syndicats pour faire la grève des surveillances du bac. Et que c’est la première fois qu’on en arrive là. C’est donc qu’il se passe quelque chose de plus grave que d’habitude.

La mammouth (surnom un poil méprisant) faisait peur aux gouvernements. Ce n’est plus le cas. Les dernières grandes manifestations qui l’ont fait reculer sur le sujet remontent déjà loin (la sélection à la fac avec Devaquet en 1986 peut être ?). Bien au contraire aller contre les profs c’est souvent se rendre populaire car jamais leur image n’a autant été dégradée. Paresseux, politisés, déconnectés de la réalité c’est l’image véhiculée par le grand public (presse comprise). Les gouvernements reculaient alors quand les signaux étaient mauvais. La réforme du collège avait montré qu’un gouvernement pouvait aller au bout quand même. Cette réforme que je soutenais sur le fond (évaluer autrement) a été violente pour les enseignants et à méprisé l’ampleur de leur tâche (refaire tous les programmes en un an par exemple). Elle a été vécue comme une humiliation.

« Moi qui balance entre deux âges je vous adresse à tous ce message », rien n’est plus faux. Ce métier n’a jamais été aussi exigeant et aussi chronophage sur la vie privée. Les 35h sont bien loin. D’ailleurs quand elles ont été mises en place personne n’a pensé à baisser le temps de travail des enseignants. C’était déjà un signe. Quand la journée de carence a été remise en place personne n’a moufté. Même si j’ai devant moi 150 enfants par jour et que c’est un nid à microbes on préférera que je vienne au travail contagieux. On va me rétorquer qu’il s’agit d’égalité avec les salariés du privé. Mais ils sont peu à travailler devant des enfants… Le pire c’est que cette mesure est même défavorable d’un point de vue comptable. On perd de l’argent (public) pour une mesure d’affichage. Cela va avec une propagande d’Etat que je n’ai jamais connu. Propagande qui n’est que trop rarement vérifiée par la presse qui court après l’actualité et son relais par internet.

L’éducation nationale n’est pas seule touchée. C’est l’ensemble de la sphère publique qui l’est. La situation aux urgences est catastrophique par exemple. Et on entend peu les différents partis sur le sujet. Pourquoi ? Parce que d’une certaine manière ils ont tous été complices de cette dégradation. Car il faut réduire le déficit et il est plus facile de tailler dans la masse salariale.

Les différentes réformes proposées n’ont qu’un objectif, tailler dans l’effectif et embaucher un maximum de contractuels pour être le plus flexible possible. La situation est déjà largement entamée. Si vous avez des enfants vous avez sans doute déjà constaté que les maladies et arrêts maternités n’étaient remplacés qu’au compte goutte et jamais avant 15 jours d’absence minimum (même quand ce congé maternité arrive au moment prévu).

Les profs ont alerté comme ils ont pu. 
– Le conseil supérieur des programmes à voté contre à l’unanimité (pour la première fois à ma connaissance). Rien.
– 3 jours de grève (avec la pénalité sur un salaire qui a baissé de 20% en 10 ans): Rien.
– Démission des postes de professeurs principaux: Rien 
Etc.

L’école se transforme ainsi en garderie. Occuper un maximum d’élèves avec le minimum de moyens. Là aussi les gamins ne sont pas les seuls touchés. les repas dans les EPHAD à 3000€ par mois ne dépassent que rarement les 1 ou 2€.

L’école n’est plus là pour former le citoyen mais pour le rendre « employable ». Parcoursup en est un des éléments mais pas le seul. Pourtant la pression médiatique sur l’école pour élever les enfants dans les valeurs de la République n’a jamais été aussi grande. Un discours qui plaît à de nombreux parents qui peuvent se dédouaner à peu de frais de leurs carences dans l’éducation de leurs enfants.

Aujourd’hui je risque des sanctions pour ce message car la loi sur « l’école de la confiance » va désormais restreindre ma liberté d’expression. Cette grève est donc l’ultime. Après le système aura changé. On entendra sans doute beaucoup de gens s’en plaindre. La réponse sera sans doute que les écoles privées existent. Elles ont d’ailleurs été très largement favorisées par les dernières lois (parcoursup, scolarité obligatoire à 3 ans). On fait dysfonctionner un service pour le privatiser. Ce n’est pas nouveau.

Mais ce message s’adresse surtout aux parents qui me diront que « les enfants sont pris en otage ». Cette expression m’insupporte. Être otage c’est autre chose. Mais je mesure le stress généré par cette épreuve. Je sais, je la surveille et la corrige tous les ans. Vous croyez sans doute que ces changements ne concerneront que les autres. Détrompez vous. On est toujours le con ou le plouc de quelqu’un. Le bac perd sa valeur nationale. Le lycée de votre enfant est sans doute mieux côté que le lycée de Créteil mais restera sans doute moins côté qu’un grand lycée parisien.

On va continuer et aggraver l’entre soi. Et notre pays va en crever par les inégalités qu’il va générer lui même.Et ça c’est dramatique. Les pauvres sont ceux qui vont être le plus touchés mais pas les seuls.Et eux ne votent pas (ou peu). Cette société n’est pas celle que j’ai choisi de défendre.

Frédéric Orain, Premier secrétaire fédéral de Loir et Cher

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s