Les limites de la politique du « en même temps »

La démission de Nicolas Hulot montre les limites de la politique du « en même temps ».
 
Gouverner c’est faire des choix. Et les arbitrages au niveau de la politique écologique du gouvernement étaient clairement au niveau du premier ministre (qui est tout sauf écologiste). On peut aussi se poser des questions sur la capacité des politiques de résister aux différents lobbys (nucléaire, chasse, industriel) et à sa haute administration.
 
C’est une décision courageuse de partir. Nicolas Hulot n’a pas voulu servir de caution morale écolo. C’est tout à son honneur. Il lui a fallu du temps (15 mois quand même) pour se rendre compte du double langage du gouvernement.
 
Les faits sont têtus. Il faut changer avant de finir dans le mur. Vite.
 
Frédéric Orain, premier secrétaire fédéral de Loir et Cher.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s